L'Equipe

Elle a débuté la danse classique auprès de sa sœur aînée Carmen Moinerie-Soyer dès l’âge de 6 ans et ne s’est plus arrêtée de danser depuis ce jour. Elle suit tout au long des années des cours et des stages auprès de Danièle Villers, Claire Tallia, Solange Golovine, Wayne Byars, Christian Poggiolli et parrallèment se forme en jazz chez Wayne Barbaste et Hubert Petitphar et s’initie au Kathak (danse du nord de l’Inde) auprès de Sharmila Sharma. Elle obtient une dispense du DE en danse classique et jazz en 1993. Parallèlement à la danse, Hélène dessine, peint et joue du piano et de la flûte traversière. Elle suit les cours de l’université Rennes II Haute-Bretagne et obtient en 1995 une maîtrise de musicologie. Elle trouve enfin par le cinéma d’animation la meilleure façon de lier le dessin, la musique et le travail du mouvement. Elle entre donc à l’Ecole des Gobelins et travaille depuis sur de nombreuses productions audiovisuelles et cinématographiques (Totally Spies, WITCH, La Famille passiflore, Didou, Ma maman est en Amérique…). Elle est l’auteur et réalisatrice de deux court-métrages qui ont tous les deux un lien fort avec la danse et la musique : Du Pain et des fraises et D’une Cité l’autre (produits par Karé productions), ce dernier est sélectionné dans de nombreux festivals, diffusés par Arte, Canal+ Espagne et dans le monde entier, Elle reçoit le prix de l’animation à Tempere.

Elle intervient aussi dans des ateliers d’animation au sein de la Cinémathè­que Française et anime des ateliers de sensibilisation dans le milieu scolaire ou dans le cadre de projets d’actions culturelles comme la Caravane de la compagnie Calabash de Wayne Barbaste.

Dès lors, Hélène Moinerie renoue avec le spectacle vivant et réalise des séquences de film d’animation pour Lydia Karsenty puis Wayne Barbaste.

Anne-Valérie Lila est chorégraphe, professeur de danse classique et contemporaine ainsi que notatrice Benesh. Après une formation classique auprès de Monique Arabian, Noëlla Pontois, Juan Giuliano, Claude Ariel, elle obtient le Diplôme d’Etat de danse (1996) au CNR de ROUEN.

Parallèlement à cette formation académique, elle suit des cours avec Peter Goss et Hervé Robbe. Elle se perfectionne en contemporain lors de stages internationnaux (Rosella Hightower à Cannes, Le Touquet et La Baule) et participe à des représentations proposées par le Centre Chorégraphique de Haute-Normandie du Havre avec François Raffinot, le Centre d’Art et d’Essai à Mont Saint-Aignan avec Mic Guillaumes.

Elle poursuit ensuite des études en écriture et analyse du mouvement au CNSMDP où elle obtient le diplôme de perfectionnement Notation Benesh (2002). Elle a ainsi l’occasion de retrouver les chorégraphes comme Hervé Robbe ou François Raffinot et Emmanuelle Vo Dinh puis participe à l’animation d’une conférence sur l’assistance de la notation Benesh au cours de la création de la pièce Al segno de François Raffinot et d’Emmanuelle Vo Dinh (IRCAM-2000). Par la suite, le Conservatoire Supérieur de Paris l’a invitée à intervenir dans des cours de répertoire pour remonter La danse des jardiniers (extrait du Parc de Angelin Preljocaj d’après la partition de Dany Lévêque)

Elle obtient l’EAT, option danse contemporaine (2007). Elle continue de découvrir différents répertoires lors de stages ponctuels (Forsythe, Trisha Brown, Limon, Bagouet, Keersmaeker). Son regard de notatrice lui a permis d’assimiler ces différents styles chorégraphiques afin de donner libre cours à son corps et à son imagination dans une écriture personnelle. Elle chorégraphie et interprète La fonte des glaces (2007), œuvre musicale originale de Benoît Chrétien et travaille ainsi avec la vidéo de Scorpen Horrible avant de rencontrer Hélène Moinerie et de signer la partition de l’installation vidéo Fais-moi un signe#1 à partir de la chorégraphie La Traversée d’Héloïse Rémy, première pièce de la compagnie des Hirondelles qui marque sa création lors du festival des 12 heures de la musique de Grand-Couronne.

Lionel Tabar est bassiste électrique, percussionniste (percussions africaines, caribéennes, cubaines), et compositeur.

Formé en autodidacte puis à l’école des musiques actuelles EDIM d’Arcueil, son parcours est souvent consacré aux musiques dédiées à la danse. Il est d’abord bassiste du groupe de salsa LA CONTRABANDA, avec lequel il effectue notamment des concerts pour des forums de danse salsa.

En 1999 il enregistre avec le groupe PEAUX D’AMES la musique du court métrage D’une cité l’autre, faisant référence aux danses traditionnelles d’Afrique de l’Ouest. Entre 2000 et 2004 il accompagne régulièrement aux percussions les cours de danse traditionnelle africaine et gwoka (Guadeloupe). Entre 2001 et 2005, il compose et interprète sur scène la musique pour le tryptique Altérité de la compagnie de danse contemporaine ELSADA de Lydia Karsenty. Avec la compagnie de théâtre de rue REMUE MENAGE, il compose une partie de la musique pour la version scénique du spectacle de danse afro-contemporaine Fataolé.Aujourd’hui il est toujours percussionniste de la compagnie REMUE MENAGE pour le spectacle Fataolé, pour une version déambulatoire basée sur des musiques traditionnelles d’Afrique de l’Ouest. 

Il est également bassiste et compositeur du groupe d’Electro TRUE FANTASY, lauréat du tremplin Jazz à Vannes 2008, et du tremplin Nouveaux Talents Café La Pêche de Montreuil. Il accompagne régulièrement des danseurs professionnels lors de spectacles vivants mais aussi des cours de danse jazz et contemporaine notamment ceux de Mathilde Laot et Wayne Barbaste, invité régulier de la compagnie. Il encadre également des ateliers de percussions africaines avec les classes CHAM du conservatoire de Pierrefitte sur Seine et encadre depuis 2010 des ateliers en milieu scolaire dans l’agglomération d’Elbeuf avec l’école de musique actuelle ADAME.

Depuis 2013, il accompagne les stages de danse de Wayne Barbaste. Et compose pour la Cie Impact et la Cie des Hirondelles.

Guillaume Varin est gesticulateur, danseur, comédien et technicien. Il s’investit tout d’abord dans un théâtre musical au sein de la Compagnie Duende, avec laquelle il monte, en création collective, le spectacle : « les tires souliers ». Puis, il co-fonde la Compagnie de théâtre de rue « les Raz Bitumes », avec laquelle il pratique un théâtre corporel et burlesque. Ils créent ensemble les spectacles «Mlle Bouleau Simone-Raymonde n'habite plus à cette adresse » et « La cuisine chez nous ». Il collabore aussi avec la compagnie Kumulus sur « les rencontres de boîtes », théâtre de rue, dramatique, et en gromelot (langage imaginaire).

Puis, il rencontre la compagnie l’Éolienne. Il découvre alors la danse contemporaine et les agrès aériens et participe à une reprise de rôle dans « Jardin d'Eden, provisoirement », ainsi qu'à 2 créations : « Marie-Louise » et « L'Iceberg ».

C'est un touche-à-tout qui aime travailler sur des projets protéiformes et transdisciplinaires. « Carrefour des arts » où se croisent aujourd'hui sa route et celle de la compagnie des hirondelles.

Anne Delamotte est danseuse interprète et chorégraphe.

Après s'être formée en théâtre et en danse contemporaine et classique, Anne choisit de se professionnaliser en danse, à l’IFP Rick Odums à Paris. Elle se forme alors durant 3 ans à différentes techniques, dont notamment : le Graham, le Horton, le néo-classique et le jazz. Elle poursuit son apprentissage et approfondit également sa technique de contemporain. En 2010, elle obtient l'EAT.

A partir de 2009, Anne s’engage auprès de compagnies régionales : la Compagnie du Là, Les Voyageurs, la compagnie Deci-Delà et la Compagnie des Hirondelles.

.Enrichie par ces expériences et désireuse de développer son propre langage chorégraphique, elle cofonde en 2010 la compagnie Impact. Elle crée alors en collaboration avec d’autres danseuses et musiciens deux pièces : «Métropole 24» et «Trois Pas Deux Sons » puis «Aublick» qu’elle conçoit seule .

En 2011 Anne commence également à mener au travers de sa compagnie, des interventions de sensibilisation et d’enseignement de la danse, dans des établissements scolaires et intervient aussi auprès d’élèves circassiens (association Les Saltimbanques de l’Impossible). Afin d’élargir encore ses capacités d’intervention auprès des publics non traditionnels qu’elle favorise, Anne entame en 2013 une formation professionnelle en Danse Inclusive, dont l’obtention du Certificat de formatrice lui permet à présent de proposer des stages de danse aux personnes en situation de handicap physique. Tout en menant ce travail d’interprète et de chorégraphe, soucieuse d’apprendre et d’ expérimenter toujours plus, Anne continue de s’enrichir en suivant des stages réguliers à Paris et à l’étranger, notamment auprès de Kaori Ito, Alexandre de la Caffinière, Shlomi Tuizer, Yuval Pick, Nina Dipla, Agnès Nolténius, entre autres ; et s’ouvre également à de nouvelles techniques de danses somatiques tel que le BMC.

Florence Moinerie est comédienne formée au cours Florent et Jean Périmony, elle joue pour les matinées classiques des théâtres de la porte St Martin et de la Renaissance à l'Ecla-Théâtre. Elle participe à des court-métrages, voix, publicités. Elle manie les marionnettes avec la Compagnie des 3 Chardons pour les spectacles Lucine et Malo, Bel Oiseau, Boubam et le Tam-tam, l'Arbre Roux. Elle explore l'art du clown avec la Cie du Moment et joue au festival de rue à Aurillac. Du côté de la mise en scène, elle monte le Mur de la Ville de Moubarak Erraji auprès des enfants des rues d'Essaouira puis en Théâtre forum "Transit", "Maux de clowns mots qui soulagent", "Un témoin, un ami". Elle écrit, entre autre "Samira et la Rose des Sables", "Les voyages du Goéland" et actuellement le projet "Métis 3", spectacle chorégraphique jeune public de Wayne Barbaste et la Cie Calabash.

 

Mathilde Laot est issue de la danse Jazz et se forme les premières années auprès de danseurs des Ballets Rheda puis et complète sa formation en technique Mattox. Elle obtient son diplôme d’Etat en Jazz au Cefedem de Rouen.

Par la suite, la découverte des techniques Limon, Horton, et Graham de la danse moderne et une formation régulière auprès de Corinne Lanselle et Béa Buffin au Studio Harmonic vont la conduire plus nettement vers la danse contemporaine qui deviendra un véritable choix dans son enseignement et sa recherche en création chorégraphique.

.Directrice artistique et chorégraphe des Ballets Willy Max à Evreux depuis 2003, Mathilde Laot développe sa recherche dans l’échange entre artistes professionnels et amateurs et questionne sans cesse les liens entre création et enseignement.

Elle enseigne la danse contemporaine dans divers structures et associations d’Evreux et intègre la compagnie des Hirondelles dès septembre 2011.

 

Lucile Bercella est danseuse et pédagogue au sein de la compagnie des Hirondelles depuis septembre 2011. Après plusieurs années à fréquenter les cours de danse classique puis de danse orientale découvre la danse Bollywood avec DEVA, ancien danseur de la célèbre troupe Bharati.

Elle soutient sa formation en jouissant de la beauté du Kathak, danse classique du nord de l'Inde, honorée par Sharmila SHARMA. Aujourd'hui encore, elle investit ses cours pour entretenir et intégrer la richesse de cette danse millénaire. Afin d'enrichir sa formation, Lucile s'essaie à d'autres danses classiques telles que le Manipuri et le Bharatanatyam et des danses folkloriques comme le Bhangra, le Dhandia et le Kalbelia.

 

 

Messaoud Boumedouha est un danseur autodidacte à la fois interprète, chorégraphe et organisateur d’évènements depuis maintenant plus de 15 ans, il est un acteur important de la scène national et internationale. Fort de son expérience dans une Maison des Jeunes et de la Culture, d'un parcours professionnel varié et d'un parcours de danseur titré, il se consacre à la formation pédagogique au sein de l´école BREAK’EURE ainsi qu´à l´enseignement des différentes disciplines Hip Hop dans diverses écoles de la région. Toujours soucieux de faire évoluer et de transmettre sa vision du Hip Hop, il poursuit sa carrière auprès de ses élèves et de jeunes artistes de la scène française. Messaoud Boumedouha s’appuie sur un parcours scénique de breakdancer riche en rencontres et victoires grâce aux différentes équipes de renommés (nationales et internationales) qu’il a intégré. Médaillé d’argent au rencontre national de danse à Istres en 2012, vainqueur du Bboy unit France 2006 dont la finale mondiale a eu lieu en Corée, Battle of the year 2013, et bien d’autres évènements importants.

 

 

C'est en Pologne que Justyna a commencé sa carrière de danseuse auprès de compagnies de danses folkloriques Przygoda. Dès l'âge de 9 ans, elle participe à de nombreux festivals et concours en Europe ainsi qu'en Amérique du Sud.
Petit à petit, elle s'ouvre à d'autres techniques et se forme à la danse contemporaine, au jazz ainsi qu'au Hip Hop et à la danse classique, dans différents pays d'Europe.
Dès son arrivée en France, elle participe à plusieurs projets artistiques notamment auprès des compagnies : Etant Donné, Cie du La et la Cie des Hirondelles, Compagnie Jazz in Progress. Justyna a reçu l'EAT en danse contemporaine et finalise sa formation au DE.

 

 

Romain Collard découvre le spectacle par le cirque dans son enfance, il se forme au conservatoire d'art dramatique de Rouen et commence une carrière d'acteur. Aujourd'hui comédien, circassien et metteur en scène, il travaille sur plusieurs projets au plateau comme sous chapiteau. Passionné de direction d'artiste, c'est avec un réel plaisir qu'il propose aussi des ateliers de pratique théâtrale.

 

 

Pianiste, Emmanuelle Tat obtient sa Médaille d’Or à l’unanimité en 1993 dans la classe de Michel Benhaïem au CRD de la Vallée de Chevreuse et suit des études d’Histoire de la Musique et de Musicologie à la Sorbonne, qui vont la mener à une thèse de doctorat en 2002 sur la Présence du Clavecin dans la Musique Française des années 70 à nos jours, sous la direction de Jean-Yves Bosseur. Depuis, elle publie régulièrement des articles sur la musique contemporaine, sur des compositeurs (Caroline Marçot, Bernard Cavanna …) ou sur des interprètes (Elisabeth Chojnacka) pour les revues Musimédiane, Lenveloppe ou l’Observatoire Musical Français de la Sorbonne. Elle donne également plusieurs conférences sur sa spécialité de recherche à l’ENS des Arts Décoratifs de Paris et dans diverses institutions. Elle enseigne le piano, la musique de chambre et la culture musicale, et est actuellement professeur titulaire au Conservatoire de Pierrefitte-sur-Seine.

En tant qu’interprète, son éclectisme l'amène à explorer un large répertoire allant de la musique baroque à la musique contemporaine. Elle fonde en 1995 l’Ensemble Jeux et élabore divers programmes jusqu’en 2005 en travaillant notamment avec Claire Parzysz (piano), Mélisande Stanese et Cyril Ghestem (violon) ou encore Jocelyne Dubois (soprane). Elle travaille sur la création en avril 2001 La marée fait flotter les villes, pièce d’Alain Mahé pour clarinettes, piano, violon et dispositifs électroniques sur des peintures de Paul Klee à l’Abbaye de l’Epau au Mans. Son intérêt pour la musique d’aujourd’hui l'amène à interpréter notamment ET/OU de Michel Decoust pour 44 pianos, et Come Battuto de Louis Roquin pour 23 pianos à quatre mains à la Garenne Colombes en 2009. Elle participe en 2011 au projet Soufflé, conçu par Nicolas Frize à Saint-Denis. Elle s'intéresse également depuis quelques années au répertoire destiné au toy piano (Cage, Montague, Essl …). Elle enregistre en collaboration avec Alain Mahé les bandes sonores de deux œuvres de la photographe américaine Nan Goldin (Sœurs, Saintes et Sibylles dans le cadre du Festival d’Automne à Paris en 2004 et Scopophilia au Musée du Louvre à Paris en 2010), puis celle du spectacle de danse contemporaine de Joseph Nadj, Cherry Brandy, créé à Moscou en juillet 2010, puis joué en tournée européenne dont au Théâtre de la Ville à Paris. Plus récemment, elle participe à la création du spectacle de danse contemporaine d’Emanuela Nelli, Banshees à la Cartoucherie de Vincennes dans le cadre de la Biennale de la Danse du Val de Marne en 2015.

 

 

Après avoir découvert et expérimenter l’art dramatique au Théâtre de l’Intuition, à l’option théâtre du lycée Val de Seine, et la Comédie Errante, puis à l'University College of Dublin, François Pain-Douzenel connaîtra sa première expérience professionnel en tant que comédien en jouant dans Le Procès d'après Kafka mis en scène par Neil Pearson au Smock Alley Theatre. 

En Octobre 2010, il intègre l’Académie Internationale Des Arts du Spectacle (AIDAS) où il peut parfaire sa formation de comédien, s’ouvrir à d’autres disciplines (escrime artistique, mime, chant, danse…) et intégrer de nombreux projets : Un Chapeau de Paille d'Italie de Labiche, La Esméralda d'après Victor Hugo ou encore Le Barouf! d'après Goldoni . Au travers de ces différentes expériences, il s’inscrit dans une démarche de théâtre populaire inspirée par la Commedia Dell’Arte. 

Son diplôme obtenu, il s'investit dans les deux compagnies issues de sa promotion : La Compagnie du Sirocco et la Compagnie de l'Alouette.

 

Il s’aguerrit par ailleurs à la mise en scène, notamment en 2013, où il suit le travail de création de Yann Dacosta à l'Opéra de Rouen sur L'Enlèvement au Sérail de Mozart et sur Les Larmes Amères de Petra Von Kant de R.W. Fassbinder à la Scène Nationale de Dieppe, et en 2014, où il assiste Hervé Petit pour la reprise de La Maison de Bernarda Alba de Frederico Garcia Lorca au Théâtre de Ménilmontant.

Il intervient également auprès différents publics : les écoliers d'Île de France dans le cadre des ARE/TAP, les enfants du programme "Tous au théâtre après l'école" proposé par le Théâtre des Bouffes du Nord et le réseau Môm'Artre, les adultes de la troupe le Théâtre de l'Intuition qu'il met en scène depuis septembre 2015.

Il est par ailleurs co-fondateur avec Yann Lemarié et Rebecca Mini de la compagnie "Les Pirates des Songes" travaillant à la création de spectacles s'inscrivant dans une vision populaire et poétique du geste théâtral.

 

Matthieu Massuard est réalisateur et chef opérateur de prise de vue.

Depuis 20 ans il se consacre à son métier, sa passion : l’image.

Titulaire d’un BTS audiovisuel option image au LISA d’Angoulème il entre dans la vie professionnelle comme assistant sur les reportages de plusieurs émissions (Bas les masques de Mireille Dumas sur France 2, Arrêt sur images sur France 5,…)

Très vite il devient caméraman. Il collabore comme freelance pour des sociétés de productions sur différents reportages, documentaires et émissions des principales chaines hertziennes et du câble (TF1, France 2, France 3, Canal +, France 5, M6, Paris première, …) mais aussi sur des films d’entreprises.

Ces missions le font voyager dans l’Europe entière mais aussi au bout du monde :

Thaïlande, Japon, Russie, Afrique, Nouvelle Zélande, Martinique, Norvège, Océan Indien, Brésil, …

Fort de ses 10 premières années professionnelles Matthieu se voit confier la réalisation d’une série de documentaires pour le groupe AB et des reportages pour l’émission 30 millions d’amis.

Un tournant qui lui permet depuis de se consacrer pleinement à la réalisation notamment à la captation de spectacles vivants en multi-caméras.

Théâtre, danse et concerts musicaux comme sur le festival des Muzik’elles de Meaux.

Thierry Soto, administrateur

 

 

© 2023 by Name of Template. Proudly created with Wix.com

  • Twitter Clean
  • w-facebook
  • w-googleplus
  • w-youtube